Seuil

 

Le premier seuil est constitué par la confrontation d’une départementale brutale et bruyante avec un projet qui assume sa fonction urbaine.

 

L’implantation de l’ouvrage et le gabarit des deux façades visibles de la rue assurent la liaison entre un tissu constitué de petites maisons et, comme on s’approche du centre-ville, de bâtiments montant jusqu’à R+5. Les alternances entre pleins et vides renvoient donc à l’univers de la maison et du jardin tout en articulant les différentes échelles urbaines du site, de l’habitat individuel au collectif. 

 

Le bâti s’inscrit dans la prochaine mutation de ce tissu urbain. A ce titre, face à l’austérité actuelle de la rue, la façade bois est une invitation chaleureuse à rentrer chez soi, la faille évoquant quant à elle une intériorité de l’espace n’appartenant qu’aux locataires. Ainsi le projet affirme son urbanité et sa contemporanéité tout en suggérant pour ses habitants un espace protégé, en retrait de la rue. 

© 2020 Gemaile Rechak Architecte

 

  • w-facebook
  • w-flickr