© 2020 Gemaile Rechak Architecte

 

  • w-facebook
  • w-flickr

Intériorité

 

La qualification des espaces se vérifie encore en cœur d’îlot. L’épannelage du projet dévoile en effet un profil urbain d’une étonnante diversité, passant de R+5 à RDC, de la rue jusqu’au fond de la parcelle et inversement. L’ensemble des logements sont organisés autour d’un jardin tableau tandis qu’un velum inséré à hauteur de la vigne de la parcelle mitoyenne ouvre vers un large horizon paysager. Les locataires, dos au brouhaha urbain, ont accès à un paysage proche, celui d’un jardin calme et serein, et lointain, le grand paysage de la vallée de Montmorency.

 

Cette intériorité spécifique est pour le locataire source d’appropriation. En effet, si les circulations proposent « d’aller quelque part », ce sens d’un ‘chez soi’ offre le sentiment « d’être quelque part ». C’est là peut-être surtout la meilleure traduction des intentions de l’architecte.